Finalmente qualche foto!!

In attesa che Paolo e Francesco ci scrivano qualcosa sulla loro esperienza africana, siamo finalmente riusciti a recuperare qualche foto (le avevano unite tutte nella macchina di p. Enzo). La didascalia per ora è approssimativa, ma ci può già dare un’idea di come si siano inseriti bene, sentendosi quasi a casa!!  Appena potremo aggiungeremo qualche foto anche nella pagina dei progetti, per vedere come vanno le cose in attesa del ritorno a Bocaranga di Giuseppe Colombo, previsto per febbraio con la speranza che finalmente si arrivi ad un accordo definitivo tra il Seleka (gruppo di ribelli armati) ed il presidente Bozizè. L’incontro di Libreville è slittato  e dovrebbe essere tenuto la prossima settimana. Intanto godiamoci queste belle foto, anche se con l’amarezza di apprendere che i danni provocati proprio sotto il periodo natalizio ci sono stati davvero. In calce alle foto pubblichiamo la dichiarazione della conferenza episcopale Centrafricana datata 6 Gennaio 2012, proprio il giorno dell’Epifania, cioè della Manifestazione di Gesù al mondo. Già da allora il suo messaggio di pace è stato interpretato come attacco al potere dei grandi “della terra”, da difendere anche a costo di spargimento di sangue: da quello dei bimbi innocenti a quello dei martiri perseguitati ancora oggi su tutto il pianeta e non si tratta solo di sangue cristiano, perché ogni creatura è della famiglia umana!

Esempio pratico della dolcezza di una mamma africana con il suo bimbo!!

CENTRAFRIQUE

                     Déclaration de la Commission Episcopale Justice et Paix relative à la crise actuelle en République Centrafricaine

          « Heureux les artisans de paix, parce qu’ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5,9). Tel fut le message du Pape Benoît XVI pour la Journée Mondiale de la paix, 1er Janvier 2013. Pensées, paroles et gestes de paix créent une mentalité et une culture de la paix, une atmosphère de respect, d’honnêteté et de cordialité. « Les artisans de paix sont ceux qui aiment, défendent et promeuvent la vie en toutes ses dimensions personnelle, communautaire et transcendante » (Pape Benoît XVI).

         En effet, Jésus est notre paix, notre justice, notre réconciliation (Ep 2,14 ; 2 Cor 5,18). « L’homme est pétri par son passé, mais il vit et chemine aujourd’hui. Il regarde l’avenir » (Africae Munus, 11). L’encouragement fondamental est celui de dire « non à la vengeance, de reconnaître ses torts, d’accepter les excuses sans les rechercher, et enfin de pardonner de sorte que les erreurs et les offenses puissent être reconnues en vérité pour avancer ensemble vers la réconciliation ».

         Depuis le 10 Décembre 2012, la République Centrafricaine a renoué avec le cycle de violence orchestré par la rébellion SELEKA ; regroupant un nombre indéterminé d’anciens rebelles de différents horizons qui exigent notamment du Gouvernement le respect de différents Accords de Paix signés entre 2007 et 2011, ces Accords prévoyant un processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR) des anciens combattants.

       La Commission Episcopale « Justice et Paix » de Centrafrique (CEJP/RCA) ayant reçu mandat de la Conférence Episcopale Centrafricaine (CECA), et inspirée par les questions de justice et de paix, de dignité de la personne humaine, ajoute son inquiétude à celles des autres organisations nationales et internationales pour la cessation des hostilités en République Centrafricaine.

 Force est de reconnaître

 –         Les efforts déployés par la population en vue d’éviter un durcissement du conflit en Centrafrique ;

–         Les actions de protestation pacifique qui ont parfois dégénéré en violence à l’Ambassade des Etats-Unis et à l’Ambassade de France ;

–         La mobilisation des forces vives à travers les différentes marches pacifiques pour la paix ;

–         L’engagement à la vie spirituelle marquée par le jeûne et la prière sous toutes ses formes organisés par les Confessions Religieuses ;

–       La lutte pour la tenue des pourparlers de paix par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC).

Dénonce

–         Les exactions commises sur les populations dans la majeure partie des zones conquises par la coalition SELEKA : pillages, enlèvements, massacres, destruction de tissus socio-économiques ;

–         Les arrestations arbitraires et sévices perpétrées dans les arrondissements de Bangui et ailleurs ;

–         L’elevement à la nuit tombée des barrages, censés prévenir toute incursion rebelle ;

–         La distribution des armes blanches et à feu aux vigiles non autorisés à porter des armes ;

–      Le repérage des domiciles des opérateurs économiques et leur dépouillement par les rebelles ;

–         La désertion des habitants dans les villes passées sous contrôle des rebelles (par exemple : Kouango, Batangafo, Kabo, Sibut, Kaga-Bandoro, Alindao, et autres …) ;

–         Le déplacement des populations dans les contrées éloignées et en brousse au risque des intempéries.

 Condamne

Avec rigueur, la prise de plusieurs villes du Nord et du Centre par la rébellion ;

La menace de prendre le pouvoir par la force quels que soient les motifs ;

L’occupation de certains diocèses, entre autres, les diocèses de Bambari, Alindao, Kaga-Bandoro et Bossangoa…

Demande

A la Communauté Internationale, le renforcement de la Force Multinationale d’Afrique Centrale (FOMAC) ;

A la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), d’organiser le plus vite possible le Dialogue à Libreville au Gabon ; de s’impliquer davantage dans la résolution de la crise actuelle ;

Au Gouvernement, la protection de la population, des personnes et des biens, la levée des barrages ;

A la rébellion SELEKA, leur retrait des villes occupées ; l’arrêt immédiat de l’affectation des enfants soldats dans les conflits ;

Aux populations centrafricaines, le civisme, l’unité, la vigilance, la tolérance, le pardon, l’amour du prochain ;

Exige

         La signature d’un Cessez-le-feu immédiat par les deux parties en conflit ;

–         L’ouverture du couloir humanitaire (Médecins Sans Frontière, Croix-Rouge, CICR, etc.) et les axes de communication ;

–         La tenue d’un Dialogue inclusif à Libreville avec les représentants de la Société Civile, les Chefs de l’opposition démocratique, le Président de la République et quelques personnes de son parti, le Gouvernement, et les rebelles avec le concours de la Communauté internationale ;

–         La mise en application des résolutions du Dialogue ;

–         La présence des observateurs et journalistes ;

–         La présence obligatoire de la CEEAC, l’Union Africaine et les Nations Unies au Dialogue et au compromis entre toutes les forces vives de la Centrafrique.

 Souhaite

–         Que tous puissent être de véritables artisans et bâtisseurs de paix de sorte que la Centrafrique grandisse dans une concorde fraternelle, dans la prospérité et dans la paix.

Fait à Bangui, le 06 Janvier 2013

Pour la CEJP/RCA

P.O. S.E. Mgr Dieudonné NZALALAINGA

Archevêque de Bangui

Pour le Bureau National de la CEJP

Abbé Frédéric NAKOMBO

Secrétaire Général

 

 

 

Precedente BENTORNATI E .... ARRIVATI BENE!! Successivo Grazie a p. Piero e alla socia Eleonora!

2 commenti su “Finalmente qualche foto!!

  1. Françoise Bayle il said:

    Le texte est merveilleux, clair et précis mais quele force de persuasion peut-il avoir sur les rebelles qui n’ont qu’une idéologie: l’argent et l’égoisme. que pouvons nous faire, nous les amis lointains? a part prier?

    • itakweflavio il said:

      Quand les hommes ne peuvent rien fair , la prière est l’unique force que nous avons par changer les choses! Tu vois qu’est ce qu’il y a maintenant dans l’histoire de l’Eglise? Le nouveau Pape a choisi le nom de Saint Francois et ce qu’il y avait avant de lui il est toujours avec nous dans la prière. Tout le monde a vu le pouvoir d’etre joint dans la foi! Pour cela il faut montrer aux autres qu’est ce qu’il y a dans l’Afrique et dans les places pareille. Il faut prier ensemble par changer les coeurs des hommes!!

Lascia un commento

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.